Tableau de bord « tout au vert », un bug à la fois

I. Introduction

Les bibliothèques précompilées pour la version stable de WebRTC (celles utilisées dans Chrome) ont été souvent réclamées dans la mailing list, mais jusqu’à maintenant personne ne s’est attelé à la tâche de les générer. Un des buts de ce blog est de fournir ces bibliothèques afin de réduire la barrière d’entrée pour ceux qui voudraient construire au-dessus de WebRTC.

Comme je préparais les bibliothèques sous Linux, je suis à nouveau tombé sur le test défaillant que j’ai mentionné dans un post précédent:

« La première erreur semble être liée à une mauvaise allocation mémoire. C’est là que vous réalisez que lancer la compilation sur la plus petite instance possible de Linux dans AWS était probablement une mauvaise idée. Ce problème devrait disparaître lorsque je lancerais le build bot de Linux sur une instance plus grosse. La deuxième erreur est plus subtile, et je ne peux pas la comprendre juste à partir des « logs ». Lorsque j’aurais installé une instance de compilation plus puissante pour Linux, je débuggerais directement dessus. »

En ce qui me concerne, avoir ne serait-ce qu’un seul test défaillant n’est pas acceptable. J’ai donc creusé plus profond. Voici la compilation avant les changements.

II. Investigations

Entre-temps, j’ai déplacé le build bot vers une plus grosse instance (c3.2x). Effectivement, la première erreur, qui était bien un problème d’allocation mémoire provoqué par une instance trop petite, a disparu sans que j’ai eu à m’en occuper.

La deuxième erreur était liée aux tests de partage d’écran, ce qui n’est pas une surprise puisque nous travaillons sur une machine virtuelle sans affichage.

Les tests originaux sont lancés par l’intermédiaire d’un contrôleur de tests écrit en Python. Le code de ce contrôleur, qui est séparé de libwebrtc, peut être trouvé ici. Le fichier principal est ici. Là encore, il s’agit d’un code venant de Chrome qui contient tout un tas de choses inutiles pour tester la version autonome de WebRTC (Chrome sandbox…).

Il fait aussi beaucoup de bonnes choses en terme de vérification de ce qui n’a pas été couvert par les tests précédents, dont certains ont pu échouer. Il y a de nombreuses étapes supplémentaires améliorant la stabilité et le robustesse des tests, ce n’est donc pas si mal.

Pour faire simple, pour résoudre le problème de l’absence d’écran sur une machine virtuelle, vous avez seulement à installer Xvfb et openbox :

  1. sudo apt-get install xvfb
  2. sudo apt-get install openbox

puis définir un affichage, le créer, et démarrer le gestionnaire de fenêtres openbox avant de lancer votre test (le code ci-dessous est conçu pour rester au plus proche des conditions de test de Google).

  1. export DISPLAY=:9
  2. Xvbf :9 -screen 0 1024x768x24 -ac -dpi 96&
  3. openbox&

Maintenant tous les tests passent !

III. Conclusion

Garder son tableau de bord « tout au vert » est de la plus haute importance. Si le tableau de bord a des voyants au rouge, ça signifie que vous développez les yeux bandés. Garder son tableau de bord « tout au vert » est un défi quotidien. Cela peut être perçu comme trop fastidieux d’avoir à y porter autant d’attention et d’efforts, mais c’est il s’agit en fait du filet de sécurité pour les développeurs qui vous permet de vous concentrer uniquement sur le développement.

Les avantages apportés par CMake ici sont doubles : d’une part abaisser la barrière d’entrée, et d’autre part fournir un tableau de bord collaboratif.

Encore une fois, certains peuvent estimer que les outils de compilation de Chrome, aussi bons et avancés qu’ils soient, sont une surenchère dans le but de produire seulement la libwebrtc autonome. Je crois que cela ralentit l’adoption et la contribution à WebRTC puisqu’il faut d’abord devenir un développeur Chromium, et pour celà la pente d’apprentissage est très raide.

Dans tous les cas, vous pouvez maintenant télécharger les bibliothèques et les en-têtes testés et précompilés pour Linux, Mac ou Windows depuis la page « Tools« . Si ce que vous désirez est juste de développer une application par-dessus libwebrtc qui fonctionne avec le dernier Chrome stable, vous avez tout ce qu’il vous faut maintenant.

Certaines personnes demandent des fonctionnalités qui ne sont pas, ou pas encore, dans WebRTC. Dans un prochain post, j’expliquerais comment faire pour appliquer sans effort un patch à libwebrtc dans le cadre du processus décrit précédemment.

Faites vous plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.